Mexico City et les villes coloniales du plateau central

Novembre 2010

J’ai envie d’un voyage, d’un dépaysement. Je propose à Carl une évasion. Pourquoi pas Mexico City et ses alentours ? Des amis, Alain et Diane mon parlé de leur dernier voyage, les villes coloniales du plateau central au Mexique, une idée.

Jour 1 –  Mexico City

Nous atterrissons. Le temps est doux il fait 24 degrés, l’après-midi tire à sa fin. Notre plan louer une voiture et partir à la découverte de Mexico City et de ses alentours en 10 jours.

Après quelques négociations avec Europcar Car Rental, nous quittons l’aéroport pour le centre-ville. J’ai pensé à apporter le GPS, je m’en félicite.

Très rapidement je réalise que les Mexicains ont une conduite très agressive, ils n’hésitent jamais en coupé, poussé, tassé. Ma concentration est au maximum, question de survie j’adopte le même style de conduite…ça va. Le GPS me permet de me concentrer d’avantage sur la conduite que sur la direction à prendre. Carl comme Co-pilot se charge de nous diriger.

Sur recommandation de nos amis, nous optons pour une chambre au Monte-Carlo, rue República de Uruguay. Un hôtel assez simple, mais qui a la particularité d’être bien situé dans le quartier historique de Mexico City et de posséder un stationnement intérieur, une préoccupation de moins.

Pour le stationnement il faut traverser le lobby avec la voiture ! Fallait le savoir….Merci Alain !

Pour faire simple, le taux de change est actuellement d’environ 10 pesos pour 1$ CND.

La chambre nous coûte 330$M pesos Mexicain.

La nuit tombe rapidement il est à peine 18h qu’il fait déjà noir. Nous déposons nos valises et partons visiter La Plaza de la Constitución, plus communément appelée El Zócalo, une place située dans le cœur du centre historique de la capitale. Une des plus grandes Plazas au monde. Situé à l’endroit même de l’ancienne capitale de l’empire aztèque.

De nos jours, la Plaza de la Constitución est une attraction majeure de Mexico. Pour les Mexicains, le Zócalo est la destination de toutes les manifestations politiques ou syndicales, la place où s’expriment idées, revendications et inquiétudes. C’est aussi sur cette place que se tiens des événements culturels et sportifs.

Cette année le Mexique est en fête, il célèbre sont bicentenaires. La Zocalo s’est faite belle, avec un spectacle grandiose son et lumière présenté en soirée.

Jours 2   Mexico City

Le temps est magnifique, pas trop chaud, idéal. Aujourd’hui nous visiterons la ville à pied, mais d’abord petit déjeuner au resto du coin, surtout fréquenté par les locaux.

Nous remontons la rue piétonnière Francisco Madero

Direction la tour Latino Americana, une tour de 44 étages qui possède un mirador tout en haut qui nous permettra de voir l’ensemble de la ville. Mexico City et sa banlieue c’est  23 millions d’habitants  Outch !!  Un peu moins que la population totale du Canada.

Nous visitons la Cathédrale métropolitaine de Mexico, située sur la place centrale de Mexico, la plus grande cathédrale d’Amérique. Elle a été construite dans le style d’architecture baroque espagnole et comprend une paire de tours néoclassiques de 64 m de haut qui portent dix-huit cloches.

Juste à ses côtés se trouve le Templo Mayor que nous visitons également.

Après la conquête espagnole, au xvie siècle, le Templo Mayor fut détruit et son emplacement exact fut oublié, suite aux multiples chantiers de construction de la ville moderne de Mexico, et  jusqu’à ce que des fouilles archéologiques en mettent au jour les fondations en 1978.

Pour exhumer le site du Grand Temple, les archéologues ont fait raser des immeubles, des magasins et coupé une artère de la capitale mexicaine. Des fouilles ont mis en évidence treize phases de construction, étalées entre 1375 et 1519, notamment celle du double escalier de la pyramide, haute de 45 mètres.

Tout autour de la Zocalo ce trouve de nombreux hôtels et restaurants, le Lonely Planet nous suggère l’apéro en terrasses sur le toit d’un d’entre eux.

Hier nous ne sommes pas restés pour le spectacle son et lumière, mais ce soir nous nous en promettons. La vue est magnifique. Nous restons pour souper sur la terrasse, pendant que la nuit s’installe.

Il est  21h Carl est entré se coucher. Je reste prendre quelques photos. Le spectacle est magnifique. Dans le genre de celui présenté récemment dans la ville de Québec, sur les silos à grains et monté par Robert Lepage, sauf qu’ici c’est dix fois plus grandiose. Ça raconte  l’histoire du Mexique, l’arrivée des conquistadors, dont Herman Cortes et la chute rapide des Aztèques. Très intéressant, spectaculaire … Carl t’aurait du rester j’en ai appris beaucoup.

Jour 3   Mexico City – Queretaros  184km

Nous avons déniché tout près de l’hôtel un petit restaurant à déjeuner/buffet parfait !

Nous quittons pour Qeretaros en passant par le site archéologique de Teotihuacan, un important site archéologique de la vallée de Mexico, contenant certaines des plus grandes pyramides méso-américaines jamais construites en Amérique précolombienne. Outre ses structures pyramidales, Teotihuacan est également connue pour ses grands complexes résidentiels, sa chaussée des Morts, et ses nombreuses peintures murales aux couleurs bien conservées.

Nous reprenons la route direction Queretaros.

Avec ses rues étroites, la partie historique de la ville est magnifique, nous trouvons un petit hôtel le El Meson de la luna  520$M  (52.00$ CND), très bien situé, propre, avec stationnement et une agréable cour intérieure.

Querétaro est considéré comme une ville chère par rapport à d’autres villes du Mexique.

En effet le revenu par habitant est l’un des plus élevés du Mexique. Elle possède des infrastructures sportives (un stade de football moderne) et ne connaît pas de forte criminalité.

De nombreuses sociétés s’y sont implantées comme des industries de produits électroménagers (Daewoo), équipementier automobile (Michelin, Valeo, etc.), agroalimentaire (Nestlé, Kellogg’s), électronique (Samsung), ainsi que des centres d’appels et depuis peu des entreprise en aéronautique (Snecma, Bombardier, Messier-Dowty et d’autres).

Le centre historique de la ville est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1996 pour son architecture coloniale.

Ici c’est aussi la fête. Tout autour du centre historique les rues sont fermées pour faire place aux arts de la rue, chanteur, jongleur, comédien, à chaque détour nous assistons à une performance.

Souper sur la Plaza de la Independacia.

Jour 4  Queretaros – Guanajuato  158km

Carl dors encore il est 9h. Je m’installe sur la Plaza du Jardin Zenea avec mon café latté. Je regarde vivre les gens.

Le soleil brille, le temps se réchauffe. Les employés de la ville son à l’œuvre, les fleurs se font arroser, les poubelles vidées, les trottoirs balayés. Il est 10h je retourne à l’hôtel réveillé Carl, le temps que l’on déjeune il faudra bien reprendre la route.

Le trajet n’est pas très long, le Mexique regorge « d’autopista » avec postes de péages, bien sûr. Le droit de passage est d’environ  1 peso au km, pas donner j’en conviens, je calcule que pour tout le voyage qui comptera environ 1300km nous dépenserons sûrement un 75$ en péages. Par contre les autoroutes sont très bien entretenus, souvent neuves, et nous évitent d’utiliser les routes secondaires bondés.

Guanajuato est située dans une étroite gorge sinueuse dominée par des montagnes couvertes de cactus et d’arbustes épineux. Les maisons s’étagent sur les collines environnantes avec beaucoup de ruelles pavées et étroites. Ancienne ville minière, l’or et l’argent ayant fait sa richesse au cours de la colonisation espagnole, elle est aujourd’hui réputée d’une part pour son excellence académique (son université et ses milliers d’étudiants, son centre de recherche en mathématiques, le CIMAT) et pour son attrait touristique. Ses momies, son centre historique classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO et les nombreux monuments qui l’embellissent en fait un lieu à voir dans le Mexique colonial.

Mais avant tout il faut réussir à y trouver son chemin. La ville est remarquable pour sont réseaux de tunnel souterrain que l’on appelle ici Belauzarán. Une suite de tunnels en majorité en sens unique est en partie souterraine et en tranchée suivant le lit du Rio Guanajuato qui a été détourné après la construction d’un barrage. Elles sont bordées de maisons parfois construites en encorbellement dans la partie aérienne.

Inaugurée en 1964 d’autres tunnels récents ce sont joints formant ainsi un réseau, parsèment la ville, ce qui donne à ces rues un aspect fascinant.

Jusqu’ici le GPS a été d’une grande utilité, mais seulement jusqu’ici …  Au départ de Montréal, j’ai pris soin de mettre mes cartes à jour. Guanajuato y figure, mais la ville est tellement pleine de ramifications que le GPS ne parvient pas à nous guider correctement.

Nous tournons en rond depuis 1 heure. Nous n’arrivons pas à trouver l’hôtel que nous avions sélectionné dans notre guide Lonely Planet.  Finalement une fois l’entêtement passé nous décidons de nous installé au premier hôtel venu  650$M (65$  CND).

Vue de notre chambre !

Les valises déposées nous marchons dans la ville.

Guanajuato a beaucoup à découvrir. D’abord le funiculaire qui se trouve à l’arrière du Théâtre Juárez et qui monte jusqu’au Monument El Pípila, sur une colline avoisinante. Nous achetons deux billets allez seulement, la descente de la colline à travers les rues et ruelles de la ville nous permettra de l’apprécier dans toute sa splendeur.

Ce spectaculaire parcours nous offre une vue panoramique imprenable sur toute la ville de Guanajuato. Malheureusement la lumière de fin de journée n’est plus au rendez-vous, nous prenons quelques photos et nous promettons de revenir ce soir.

Souper Pizza chez Domino’s ça nous fait changement de la bouffe Mexicaine.

La nuit tombe la ville s’illumine. Comme toutes les villes mexicaines, les gens se retrouvent à la place centrale, le Jardin de la Union. Carl et moi nous y installons pour prendre bière & Tequila.

Le funiculaire ferme bientôt, il me semble que je pourrais faire une bonne photo de nuit de la ville. Aller bon ! Remettons-nous en marche, pas facile de quitter cet endroit agréable.

En redescendant nous avions en tête de trouver cette fameuse Ruelle du Baiser la – Callejón del Beso l’une des attractions touristiques les plus visitées de la ville.

Le Callejon del Beso est le symbole du romantisme à Guanajuato ce petit coin romantique est formé par deux balcons, séparés par seulement 69 centimètres, où fleurit une célèbre légende d’amour qui inspira son nom. La légende veut que deux jeunes gens de conditions très différentes, un simple mineur Don Carlos et une fille d’une famille très aisée,  Doña Ana, qui habitait la ruelle, fussent amoureux. Les parents de la jeune fille interdisant à celle-ci de rencontrer son amoureux, le jeune mineur loua une chambre juste en face de celle de sa bien-aimée et tous deux purent échanger de langoureux baisers. Malheureusement leur amour fut découvert et s’acheva tragiquement puisque le père tua sa propre fille !

Depuis tous les amoureux de passage à Guanajuato font un petit pèlerinage à la  Callejón del Beso. Selon la croyance on dit que si les amoureux s’embrassent dans cette rue, ils partageront le bonheur pendant sept ans…

Jour 5  Guanajuato – San Miguel de Allenta   97km

Petite journée. Nous n’allons pas très loin. San Miguel est à peine à 100km et nous en profiterons pour passer par la ville de Dolores Hidalgo. Nous prenons le petit-déjeunons sur la Plaza de la Union.

L’hôtel Casa Bertha que nous avons tant chercher. Hein! Carl ?

Nous quittons, par la route du Nord il est 11h. Guanajuato étant dans le creux d’une vallée, la route nous mène au sommet de la montagne et profitons du point de mire tout en haut pour jeter un dernier coup d’œil à cette ville magnifique, j’y serais resté une journée de plus.

La route des sommets, sinueuse et agréable nous donne parfois le vertige. À certains moments nous avons un ravin de chaque côté de la route…ce qui évidemment nous donne une vue magnifique sur la région. Carl remarque que le paysage est changeant, à gauche la forêt est dense, fournie et verte tandis que de l’autre côté de la même montagne l’herbe est courte et sèche, un contraste étonnant.

Nous arrivons à Dolores Hidalgo, nous cherchons le parc, la place centrale.

Enfin trouvé, par contre le stationnement se fait rare. C’est l’heure du lunch se garer nous permettrait d’aller prendre une boucher. Rien à faire nous tournons en ronds après quelques minutes de ce manège, nous quittons. Pas très impressionnés par la ville, nous n’avons pas de regret.

Située à 1 850 m d’altitude, la belle ville coloniale de San Miguel de Allende semble très appréciée par les Américains. Faut dire que les États-Unis sont à 10 heures de route d’ici. Beaucoup de gringos expatriés y vivent, le coût de la vie est plus élevé ici qu’ailleurs. On trouve aussi pas mal de galeries d’art et de restos branchés. La ville ne présente pas beaucoup de monuments particulièrement intéressants. Pourtant, il faut absolument passer par ici pour goûter l’atmosphère de la ville, flâner sur la place principale, entourée de vieilles maisons du XVIIIe siècle, descendre la rue principale et jeter un coup d’oeil aux nombreux patios et balcons.

Les fêtes locales y sont nombreuses, en particulier pour la Fête de la Saint-Michel (fin septembre), le patron de la ville.

Le Lonely Planet nous suggère quelques endroits où loger. Attiré par la suggestion de loger dans un ancien monastère la Posada de la Monjas, nous y arrêtons jeter un coup d’œil. À 780$(pesos mexicains), c’est un peu cher (78$) par contre le site est magnifique et on nous offre la plus grande chambre située dans l’ancienne partie du Monastère.

Valises déposées nous partons à la conquête de San Miguel de Allende il est 15h. Nous avons faim. Tout près de la magnifique Basilic, nous dénichons de quoi nous rassasier. À 90$M par personne nous avons droit à un repas 5 services, on a bouffé comme des … rois.

La nuit tombe la Basilic s’illumine, le temps et doux nous trainons sur la place publique.

Jour 6   San Miguel – Morelias

Le jour se lève il n’est pas tard. Comme bien des matins depuis le début du voyage je laisse Carl se réveiller à l’heure qui lui convient. Nous n’avons pratiquement jamais de longs trajets à faire, nous avons pris comme rythme d’arriver dans la ville suivante vers les 14 ou 15h ce qui nous donne le temps de profiter du restant de la journée en plus d’une bonne partie de la matinée du lendemain.

Je profite du moment pour m’installer avec un bon latté à la Plaza Principal Parroquia. Je prends mes courriels, donne des nouvelles et profite d’un moment de bonheur.

Ruelle derrière la Basilic

Nous prenons la route direction plein sud.

Nous franchissons de nombreux postes de péage. Je fais le calcul 173$M pour environ 200km de trajet, à mettre à votre budget si vous compter voyagé par les autopistas !

Située entre Mexico et Guadalajara sur un axe volcanique, Morelia est la capitale de l’État de Michoacán de Ocampo au Mexique. C’est l’une des villes les plus coloniales et importantes de la région. La commune compte plus de 684 000 habitants.

La ville est remplie d’architecture coloniale espagnole mettant en vedette la pierre rose et le style baroque. De nombreuses régions sont restées fidèles à leur héritage colonial parce que Morelia, comme beaucoup de villes coloniales au Mexique, à conservé l’histoire de la ville. Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO grâce à la richesse de son patrimoine baroque, en particulier sa cathédrale du dix-septième siècle.

Ceci dis je ne suis pas très impressionné. Ce n’est pas une belle ville, si on la compare aux autres visitées jusqu’à maintenant.

Nous logeons  à l’hôtel Allendas (480$M). Ordinaire, mais correct sans plus.

Morelia

Jour 7   Morelias – Taxco  379km.

Mauvaise nuit, sans raison, aucune.

Routine habituelle du matin, valise, petit déjeuné et nous reprenons la route. Aujourd’hui Taxco, que j’ai bien hâte de découvrir. Officiellement Taxco de Alarcón, est une ville pittoresque située dans le nord de l’État du Guerrero au Mexique à environ 160 km de Mexico. C’est une ville construite à flanc de montagne, à une altitude de 1 600 m. Sa population est de 53 755 habitants (2006).

La route est longue, mais belle surtout à partir de Tulco. La ville est de grandeur moyenne, mais la place historique et centrale est confinée dans un tout petit square en flanc de montagne. L’endroit me plait déjà, nous avons en tête de loger à l’hôtel Prisca, qui dans le guide semble être tout à fait adéquat.

Les rues sont étroites et entremêlées un peu comme à Guanajuato, mais en moins pires. L’expérience des derniers jours nous a appris qu’il est plus confortable et rapide de demander notre chemin ce qui évite stress et argumentation entre Carl et moi. Au même moment nous sommes abordés par un négociant qui nous offre ses services pour nous dénicher un bon endroit ou dormir. Je lui explique que nous avons déjà fait notre choix et que nous sommes en chemin vers l’hôtel. En moins de 10 minutes avec son aide, nous étions à l’hôtel, voiture stationnée, valises déposées et clef en main. J’aime beaucoup faire affaire avec ce genre de négociant itinérant, évidemment qu’il prend sa cote auprès de l’hôtelier, mais moi sa ne me coûte pas plus cher, j’économise du temps et je me fais un ami s’il en est qu’il soit gentil, ce qui est souvent les cas.

Qu’est-ce qu’on fait Carl quand on arrive dans une nouvelle ville ?  Ben oui viens t’en on s’en va visiter l’église d’la place. Je ne sais pas comment je vais faire pour un jour visiter la veille Europe, je commence à être tanné des veilles Église…

Bon vite fait, elles sont toutes pareils …

L’après-midi se passe à flâner.

Finalement nous finissons la journée au Bar Bertha réputer pour être l’inventeur de la Margarita, confortablement installer au balcon nous passons la soirée à  jouer aux cochons (jeux de dès) et à rendre hommage à cette délicieuse invention. Après 7 consommations, je crois que c’est l’heure de rentrer…Hic !

Taxco, appelée dans certains livres « Tasco », a joué un rôle majeur dans l’histoire des mines d’argent au Mexique. La ville naquit en 1528 lors de la colonisation espagnole et de l’arrivée de Hernán Cortés qui découvrit au Mexique de nombreuses mines d’argent. La ville prospéra largement jusqu’au XVIIIe siècle et devint l’un des plus grands centres miniers d’argent du Mexique,  aujourd’hui, les gisements sont pratiquement épuisés et la ville s’est reconvertie dans le tourisme.

Le métier de l’orfèvrerie y est très réputé. De plus, la ville est classée monument historique national grâce à son architecture coloniale et à son église baroque Santa Prisca construite en 1748 à l’initiative de José de la Borda.

Jour 8  –  Taxco

Nous restons l’ambiance est cool, nous ne sommes pas pressés de partir. Le voyage s’achève nous devrons être sur Mexico dans deux jours autant bien profiter de cet endroit agréable. Ce matin nous décidons de rentre visite à la statue géante du « Cristo » tout en haut de la montagne qui surplombe la ville et qui offre une vue magnifique. À pieds le trajet me semble ardu et long, nous optons pour une ascension en taxi « Beatles » (50$M) et un retour à pieds.

La marche est agréable nous traversons de nombreux quartier, et ne sommes pas pressé de rentrer.

De retour dans le quartier historique face à l’église Santa Prisca, nous recroisons notre ami négociant et en profitons pour lui demander de nous dénicher un bon resto c’est l’heure du lunch, nous avons faim. Il nous amène dans un endroit insoupçonné avec une magnifique vue sur le square, l’église et la ville dans son ensemble. C’est parfait.

Ce soir nous sommes plus sage, dodo tôt. D’autant plus que nous venons de planifier notre journée de demain, notre avant-dernière complète du voyage. Il faut rentrée sur Mexico City demain, parce que nous prendrons l’avion aux petites heures la journée d’ensuite. Notre plan de match quitter tôt, mais sans trop courir, nous sommes en vacance tout de même, faire un petit arrêt aux grottes de Cacahuamilpa à seulement quelques kilomètres d’ici considérés comme les plus grandes et plus belles de la planète, selon le guide le Petit futée.

Ensuite nous ferons un petit détour d’une centaine de kilomètre pour passé aux pieds des deux plus hauts volcans du Mexique, les monts Popocatépetl et Iztaccíhuatl des sommets enneigés dont un est encore en activité. Nous voudrions terminer par une entrée dans Mexico City pas trop tard en fin de journée pour du magasinage de souvenirs et finalement planifions de prendre notre dernier repas dans un McDo Mexicain question de comparer nos McDo respectifs, de faire la fête, et de nous reposer de 10 jours  de tortillas, de Quesadillas, de Tacos, d’enchiladas, difficile de trouver un plat qui ne se compose pas de maïs et de fève au Mexique.

Jour 9   Taxco –  Mexico City

Une journée difficile, la seule désagréable du voyage.

Petit matin tranquille. Carl et moi avons bien dormis, notre plan de match est de ne pas trop trainer nous avons beaucoup à faire aujourd’hui. Nous optons pour un petit déjeuner à quelques pas de l’hôtel question de ne pas perdre de temps en nous éloignant.

Il est déjà 9h45 aller Carl « let’s go ». De retour à l’hôtel, nous avions déjà pris soin de faire les bagages, direction la voiture bien stationnée derrière l’hôtel.

– Pardons Monsieur il est impossible pour vous de sortir avec la voiture maintenant, voyez à l’extérieure il y a défilé dans les rues de la ville. Fanfare, et parade viennent de débuter.

– OK et ils en ont jusqu’à quelle heure ?- Je ne sais pas Monsieur je ne peux pas vous répondre.

Viens Carl on va en profité… nous sortirons la voiture plus tard… 10h passe, 10h30 aussi, 11h, 11h30, 12h00 12h30 pas moyen de se faufiler malgré que nous ayons que quelques mètres à franchir pour sortir dans la rue et rejoindre celles qui ne sont pas utilisées.

Nous rageons… Nous avions un plan, une journée bien remplie.

Finalement 12h45 le défilé se termine. Nous sautons dans la voiture heureux de pouvoir enfin quitter, mais également conscient que nous avons maintenant 3 heures de retard sur notre itinéraire. Nous devons le repenser, nous ne voulons pas arriver trop tard en ville d’autant plus que nous devrons nous lever à 02h du matin pour nous rendre près de l’aéroport pour rendre la voiture et prendre notre vol.

Les grottes ?  OK on les sautes… et les Montagnes enneigées?  On les gardes … c’est vrai que c’est un détour, mais on devrait être correct pour arrivé en fin d’après-midi sur Mexico City… le GPS nous rassure nous ne sommes qu’à 3 heures de Mexico.

Carl est un peu inquiet. La jauge à essence indique que nous en manquerons bientôt, mais on ne voit pas sur nos cartes de villes suffisamment importantes pour posséder une station-service.

Nous traversons plusieurs villages les un après les autres, rien.

L’inquiétude nous gagne… un peu. J’aurais dû faire le plein à la sortie de Taxco, mais contrariée d’avoir perdu t’en de temps tout ce que je voulais c’était de rouler, de prendre la route…

Je n’arrête pas de me dire qu’il y a quelques choses qui clochent, d’abord les villages que l’on traverse ne sont pas si petits, quelques dizaines de milliers en population. Les habitants doivent bien avoir des besoins en essence, si ce n’est que pour leurs tracteurs de ferme, leurs voitures, leur motocyclette et mobylette. Mais où font-ils le plein ?  On roule, on roule, toujours rien.

Bientôt nous devrons faire un choix et quitté la route sinueuse des montagnes pour s’engager sur l’autoroute, mais dans les conditions actuelles, d’inconfort et d’inquiétude  je ne sais si c’est sage que de prendre l’autoroute. Finalement nous voilà enfin chanceux juste à l’entrée de l’autopista sans aucune indication nous tombons sur un poste d’essence. Le stress tombe… Elle n’était indiquée nulle part.

D’ici nous irons rapidement c’est en bonne partie de l’autoroute. Nous nous dirigeons au sud-est de Mexico dans la région de Puebla, pour rejoindre cette route qui passe aux pieds des montagnes.

Il est 16h nous avons du retard…nous avons quitté l’autoroute depuis un bon moment. La circulation est plus dense, nous nous rapprochons de Mexico et sa parait.

Finalement nous y sommes . Rien ne fonctionne pour nous aujourd’hui, le temps et nuageux, et le smog de Mexico envahi la région.

Malgré le fait que nous sommes à moins de 1km de ces immenses sommets, plus de 5000 mètres chacun nous n’y voyons rien, a peine une silhouette et encore…peut-être le fruit de notre imagination… qu’elle déception, d’être en face d’un volcan actif, qui y parait laisse échappé régulièrement un léger filet de fumée,  nous espérions.

Bon ne trainons pas, Mexico est a moins d’une heure … rentrons. Le temps fil, 17h, 17h30, 18h la circulation en banlieue de Mexico est terrible, faut dire c’est la troisième plus populeuse ville au monde après Seoul et Tokyo, ce qui n’est pas rien… Ça fait maintenant 5 ou 6 heures que nous avons quitté Taxco…ça n’a pas de sens. La fatigue nous gagne.

Un peu découragé nous rions de la situation, nous aurions quitté 5 minutes plus tôt ce matin que rien de notre plan de match n’aurait changé mais pour 5 petites minutes tout a été foutu en l’air.  

Il est 18h30 et nous ne sommes pas encore arrivé au centre-ville, le temps nous manquera pour notre magasinage de dernière minute. Au rythme ou vont les choses il ne manquerait plus que le McDo soit fermé et l’hôtel que nos avons choisi n’ai plus de chambre de disponible.  Rions c’est tout c’est qu’il nous reste à faire.

Enfin nous y sommes presque… ah!  non !!!  Un agent de la circulation nous arrête à une intersection pour avoir … avoir quoi ?  Grrrr.- Vos papiers SVP.

– Et pourquoi vous nous arrêtez ?

– Vous avez commis une infraction

– Et laquelle ?

Voici mon permis. Nous sommes Canadien et nous allons dans le centre historique. Désolé Monsieur mais le GPS nous indiquait de tourné ici, mais quelle infraction avons-nous commise ?

Caline, il est presque 19h nous sommes brûlé, tanné, écœuré de la journée et là on se fait chier par un agent de circulation.  

Combien ?

Vous avez le choix on règle ça ici pour 3500$ pesos ou ont règle ça au poste.  Ben non !!  3500$ pesos malade c’est 350 dollars voyons … allô !!  De toute façon on n’a pas ça cette sommes …

Pour faire une histoire courte après une vingtaine de minutes de négociation on a réglé pour 1000$ pesos (100$) une infraction qui aurait dû nous coûter une quarantaine de dollar canadien.

Voleur !!

Aller on repart, qu’est-ce qui peux nous arrivé maintenant ? dis-moi.  Il est 19h30 nous arrivons dans le quartier historique.  

Nous avons choisi de finir le voyage au même hôtel qu’a notre arrivé il y a 9 jours.  D’abord parce que pour nous c’est en terrain connu, le prix est bon et normalement il devrait y avoir de la place.  Le seul hic c’est que nous faisons face a un autre problème…..c’est samedi soir les rues du vieux quartier historique sont tous barrés pour le spectacle de fin de soirée sur la Zocalo. , nous perdons un temps fou à tournée en rond.  La police et la sécurité ne sont d’aucune aide.  

Finalement Carl prends en charge de nous sortir de là, il se souvient que près de notre hôtel se trouve un stationnement publique, payant et étagé  actuellement accessible, allez Papa on n’a qu’a le traversé de bord en bord. En moins de cinq nous arrivons enfin sur la rue de l’hôtel.  Et Ouf !!  il y a de la place…

Rien ne nous a réussi aujourd’hui, rien ne c’est fait dans la facilité.

Nous déposons nos valise et partons rue Francisco Madero, là ou nous avions remarqué le McDo à notre premier passage dans le coin.  

C’est sûr que la journée n’est pas fini et quelle peut encore nous réservé des surprise.  J’ai hâte que minuit arrive….le McDo est ouvert Yé!! Bonne nouvelle. Il est déjà 20h30, nous avons faim.

En ligne nous nous rendons bien compte qu’il y a quelques choses qui cloche, on avances. C’est à nous, et le gérant annonce qu’il doit fermer. La machine à glace est brisée, l’eau pisse de partout et nous voyons bien que c’est zone de guerre derrière le comptoir. Tandis qu’un jeune mop le plancher sans arrêt les autres se déplacent dangereusement sur un plancher hyper glissant et même dangereux…la place se vide.  

Carl et moi déterminés à ne pas sans laissé imposé réussissons à commander et obtenir nos trios sans liqueurs….c’est pas grave on prendra que les sandwichs.

Je suis content que l’on se couche bientôt !!! Sauf que 02h du matin va arriver rapidement ….

On rentre à l’hôtel bredouille pour ce qui est des derniers souvenirs à acheter on verra à l’aéroport …on fait les valises et tentons de dormir … un peu.

Jour 10   Mexico – Miami – Montréal.

C’est le jour du retour, nous avons à peine dormis.  Le stress de passer tout droit, ou encore de la journée d’hier … je ne sais pas… Sauf qu’aujourd’hui c’est une autre journée…donc tout ira pour le mieux. J’ose le croire.

Il est 02h30 nous quittons l’hôtel. Les rues sont désertes.

Quelques taxis, quelques voitures c’est tout. Je remarque que les gens n’attendent pas que la lumière passe au vert. Tout le monde passe sur les rouges. Heum !  Est-ce que c’est un signe. Peut-être qu’il ne faut pas trainer trop longtemps sur un coin de rue… c’est Mexico City quand même… je fais comme eux.

Nous arrivons à l’aéroport rapidement pas d’embuche, nous dénichons même une station d’essence ouverte et gardé par un homme armée donc pas de souci là non plus ce qui nous permet de remettre la voiture avec le plein.  Chez le locateur de voiture pas de problème non plus ce qui fait que comme tout ce passe rapidement, nous arrivons à l’aéroport un peu trop en avance. Mais bon c’est mieux ainsi…

Le vol de retour c’est bien passé, le transfert à Miami à été très désagréables un conseil éviter de transiter par cette ville.

Les Américains ont complètement perdu la raison avec touts les postes de contrôles et de haute sécurité que nous avons dû franchir c’est rendu ridicule.

Pour conclure je garderais un bon souvenir de ce voyage… je suis content d’avoir voyagé avec Carl à la Mexicaine.

Le Mexique à beaucoup à offrir les gens sont en générale d’une grande gentillesse.  Je reviendrais.

Bernard

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s